TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı la internacia reto de tradukistoj por la lingva diverso

 21/11/2017 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 CULTURE & COMMUNICATION 
CULTURE & COMMUNICATION / Le pouvoir des séries télé
Date of publication at Tlaxcala: 26/11/2016
Original: The Power of Soaps

Le pouvoir des séries télé

Ronald C. Flores-Gunkle

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Ma femme et une grande partie de la population de Porto Rico sont des fans de telenovelas, l'équivalent latin des soap operas. Pendant un certain temps, elles étaient  produites localement. L'une en particulier, «Cristina Bazán», a presque paralysé l'île pendant l'heure où elle était diffusée tous les jours de la semaine en 1978.

La production locale a ensuite diminué et les novelas produites au Mexique, au Venezuela et en Colombie l'ont remplacée. Elles n'étaient pas très différentes des soaps qui les précédaient ou de celles qui dominaient en journée à la télévision sur le continent (USA) : amour, sexe,  avarice, jalousie,  intrigue, gloire et fortune, malheur et joie, bref le roman rocailleux de la vie

Elles partageaient une même culture et une même langue. L'espagnol, tel qu'il est parlé dans les Amériques, est compréhensible par tous. Vous pouvez facilement distinguer un Cubain d'un Mexicain par leurs accents, mais les différences ne sont pas vraiment beaucoup plus grandes que, disons, entre l'anglais parlé à New York et en Alabama.

Les décors étaient un peu exotiques (pensez à Chicago contre Miami), mais les éléments essentiels de la vie quotidienne sont facilement transférables ou du moins reconnaissables. Un amant éconduit ou un petit ami homicide dans un pays hispanique agit et réagit à peu près comme dans un autre.

Je ne sais pas pourquoi, mais ces sagas en série ont également commencé à disparaître. Elles ont été remplacées par des soaps produits en Turquie, traduits et doublés en espagnol. Ils ont des milliers de fans à Porto Rico - y compris celle avec laquelle je suis marié.

Turquie ? Ils sont doublés en espagnol donc la langue n'est pas un problème. Les décors sont certainement exotiques : Istanbul n'est pas Caracas. Mais alors Lima n'est pas La Havane.

La langue et le décor ne sont qu'une petite partie de la culture. Les situations ne sont-elles pas différentes? Est-ce qu'un  paterfamilias (ou une  materfamilias) musulman interagit différemment, disons, d'un machista catholique romain ? L'amour, le sexe, l'avarice, la jalousie, l'intrigue, la gloire et la fortune, le malheur et la joie, le roman rocailleux  de la vie, ne sont-ils pas différents dans un pays à mi-chemin de l'autre bout du monde, à cheval sur l'Europe et l'Asie?

«Non», a  répondu ma femme quand je le lui ai demandé. "Aucune différence".

"Aucune ?"

"Ninguna",  dit-elle. "Maintenant, ne m'interromps pas encore. Mustafa est sur le point de faire sa cour à Fatima".

Pendant la pause commerciale suivante, j'ai insisté : "Il n'y a vraiment rien de différent, rien du tout ?"

Elle a réfléchi un moment. "Beaucoup de ces novelas sont basées sur des histoires vraies. C'est une différence. Ils boivent beaucoup de thé dans des petits verres, pas de café. Oh, et ils disent des tas de 'Ay, Allah' au lieu de 'Ay, Diós". Maintenant, retourne à ton écriture".

Quelle étonnante leçon nous donne un feuilleton populaire qui se trouve être turc  ! Les musulmans - du moins en Turquie – nous ressemblent, ils ressentent, agissent, souffrent et interagissent comme nous! Étonnant!

Si seulement plus de gens (y compris certains républicains dans le nord) pouvaient  faire ce constat ! Quel monde meilleur cela pourrait être.

 





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://medium.com/100-naked-words/90-the-power-of-soaps-8a0a6da65c6b#.bodcoiej3
Publication date of original article: 26/11/2016
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=19375

 

Tags: TelenovelasSéries téléCulture globalisée
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.