TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı la internacia reto de tradukistoj por la lingva diverso

 23/07/2017 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 MAPS & GLOSSARIES 
MAPS & GLOSSARIES / Une carte pour dire non au Dakota Access Pipeline
Date of publication at Tlaxcala: 25/11/2016
Original: A #NoDAPL Map

Une carte pour dire non au Dakota Access Pipeline

Carl Sack

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Ligne noire continue: tracé actuel - Ligne pointillée : tracé original

Quand j'ai décidé de devenir cartographe, je ne voulais pas seulement faire des cartes jolies et utiles. Je suis devenu cartographe pour faire des cartes qui changent le monde pour le mieux. À l'heure actuelle, aucune situation n'a besoin de ce genre de carte plus que le drame qui se déroule autour du Dakota Access Oil Pipeline qui traverse le fleuve Missouri.

Des milliers d'Amérindiens et leurs alliés se sont rassemblés sur des terres non cédées par les Sioux, délimitées par le Traité de Fort Laramie de 1851 pour essayer de s'opposer au «serpent noir» qui pourrait empoisonner le bassin d'eau qui alimente la Réserve de Standing Rock. Beaucoup ont noté que le couloir de pipeline a été repositionné par rapport à sa route originale au nord de Bismarck après que des citoyens blancs eurent pris position contre la menace qu'une fuite de pétrole pourrait constituer pour leur eau potable - menace dûment reconnue par le Corps du génie de l'armée US. Pourtant, le Corps a failli dans son mandat fédéral de procéder à une consultation exhaustive de la tribu de Standing Rock avant de donner son feu vert à  un tracé qui a déplacé le pipeline à sa porte.

Cela ne veut pas dire que les braves citoyens de Bismarck et de Mandan avaient tort de protester. Ce qui ne va pas avec l'image ci-dessus n'est pas le tracé du pipeline. Ce qui ne va pas, c'est que le projet de pipeline tout simplement existe. Certains disent que c'est une bonne alternative aux transports ferroviaires dangereux de pétrole brut du gisement de Bakken. Ceux-ci sont aussi mauvais. Nous n'avons pas besoin que plus de combustibles fossiles arrivent sur le marché pour être brûlés et brûler la planète à tour de rôle (j'écris ceci à Wisconsin alors que la température approche de 21° en  ce 1er novembre). Nous avons tous besoin d'eau propre. Comme disent les Sioux, mni wiconi, l'eau c'est la vie.

Pour s'en tenir à son calendrier de construction, l'entreprise qui construit le pipeline, Energy Transfer Partners, a envoyé contre les protecteurs non-violents de l'eau des gardes de sécurité privés utilisant des chiens d'attaque dans une mise en scène rappelant celle de Birmingham en 1963. Elle a travaillé main dans la main avec la police et la Garde nationale pour apporter une réponse militarisée dans la ligne droite de l'Afrique du Sud de l'apartheid ou de l'Irlande occupée. Elle a enfermé des centaines de manifestants dans des cages grillagées comme celles utilisées au début à Guantanamo. Les gens sur le terrain craignent quelque chose dans le genre d'un autre Kent*, pourtant ils continuent à venir, et la solidarité mondiale est devenue virale.

Des protecteurs de l'eau face à un cordon de policiers antiémeutes et de véhicules blindés le 15 octobre Photo de l'auteur.

Pourtant, quand je suis allé camper avec les protecteurs de l'eau à Oceti Sakowin le 13 octobre, j'ai du m'appuyer sur un croquis fait à la main par un ami et posté sur Facebook pour trouver le chemin du  camp. Si vous googlez "NoDAPL map", vous trouverez peu de cartes disponibles fournissant un contexte visuel pour le drame qui se déroule. La plus populaire semble être la propre carte de l'entreprise à très petite échelle, montrant une ligne pointillée traversant les comtés en surbrillance sur un fond de carte routière générique.

 Carte de tracé du pipeline d'Energy Transfer Partners

Ce type de vue efface littéralement les gens affectés par le pipeline, en couvrant leurs communautés avec un remplissage de rose indien dégradé. Il ne vous dit pas que toute l'île de la Tortue (le territoire des actuels USA) est un pays indien, ou que le projet entre en collision avec traités internationaux signés entre les USA et diverses tribus, puis violé unilatéralement par le Congrès. Il ne vous montre pas où les communautés de la ligne de front ont mis en place un camp pour se battre (et je me rends compte que je devrais également faire une carte du camp de résistance de l'Iowa Bold), ni où la compagnie du pipeline, stimulée par la pression de son investissement de 3,8 milliards de dollars, a ravagé au bulldozer un terrain sacré, ni où exactement une rupture du pipeline mettrait en danger l'eau potable pour des millions de gens en aval.

Il y avait une autre carte, meilleure, du projet que j'ai trouvée et qui m'a partiellement inspiré, une carte relativement simple mais puissante par Jordan Engle, éditée par l'Atlas décolonial. Elle utilise la toponymie indigène pour les voies navigables et les sites clés à proximité du Camp des Pierres Sacrées. Elle est orientée vers le sud, défiant le point de vue typique des cartes occidentales. Cette carte n'a vraiment pas obtenu l'attention qu'elle mérite.

Carte de protestation indigène contre le Dakota Access Pipeline par Jordan Engle et Dakota Wind, The Decolonial Atlas

Íŋyaŋwakağapi Wakpá – Cannonball River “Stone-Make-For-Themselves River” -Rivière des pierre autonome
Íŋyaŋ Wakháŋagapi Othí – Sacred Stone Camp / Cannon Ball, North Dakota “Sacred Stone Camp”-Camp de la pierre sacrée
Íŋyaŋ Woslál Háŋ – Standing Rock Reservation-Réserve de Standing Rock
Mníšoše – Missouri River “Turbulent Water”- L'Eau turbulente
Pȟá Šuŋg Wakpána – Horsehead Creek “Horse Head Creek”-Rivière de la Tête de cheval
Zuzéča Sápa – Dakota Access Pipeline “Black Snake”-Le Serpent noir

Les cartes comme celle-ci sont super, et il devrait y en avoir plus dans ce genre. Cependant, j'ai senti fortement qu'il y avait encore besoin d'une carte de la région qui semblerait familière à la plupart des lecteurs et les orienterait sur les faits géographiques importants de la lutte. Je ne prétends pas qu'un quelconque de ces faits soit actuellement en litige, mais je reconnais que toutes les cartes (même les cartes routières surchargées de polygones roses) prennent position et créent un savoir basé sur le point de vue du cartographe. Les cartes ont un grand pouvoir, et c'est un pouvoir que n'importe qui avec un stylo et du papier ou un ordinateur peut exercer.

Mon héros géographe Zoltan Grossman, élevé à Wisconsin, a déclaré une fois : «C'est le côté avec les meilleures cartes qui gagne.» La compagnie du pipeline a une armée soutenue par le pouvoir d'État pour servir son projet. L'eau a ses protecteurs pugnaces. Il est temps que nous mettions ces derniers sur la carte.

Pour télécharger une version imprimable à grande échelle de la carte, cliquez ici.

NdT
*Kent : Le 4 mai 1970, des hommes de la Garde Nationale de l'Ohio tirèrent sur des étudiants de l'université d'État de Kent ; quatre étudiants furent tués et neuf furent blessés.





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://northlandia.wordpress.com/2016/11/01/a-nodapl-map/
Publication date of original article: 01/11/2016
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=19364

 

Tags: Dakota Access Pipeline (DAPL)Cartographie alternativeUSA
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.