TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı la internacia reto de tradukistoj por la lingva diverso

 28/02/2017 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 UMMA 
UMMA / Après la chute de Mossoul, Daech va se réfugier en Syrie : et après ?
Date of publication at Tlaxcala: 23/10/2016
Original: When Mosul falls, Isis will flee to the safety of Syria. But what then?

Après la chute de Mossoul, Daech va se réfugier en Syrie : et après ?

Robert Fisk

Translated by  Viktor Dedaj
Edited by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Toute l’armée du califat de Daech pourrait être dirigée contre le gouvernement Assad et ses alliés - un scénario qui pourrait provoquer une certaine satisfaction à Washington

L’armée syrienne  et ses alliés hezbollahis et iraniens se préparent à une invasion massive de milliers de combattants de Daech qui seront chassés d’Irak lorsque Mossoul tombera. L’objectif réel derrière la "libération" de la ville irakienne planifiée par les USA et tant claironnée serait, suspectent les militaires syriens, d’inonder la Syrie avec les hordes de combattants de Daech fuyant leur capitale irakienne pour leur « mini-capitale » de Raqqa à l’intérieur même de la Syrie.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_14710.jpg

Depuis des semaines, les médias occidentaux, et les experts US-américains qu’ils aiment citer, prédisent une bataille à mort de la part de Daech à l’intérieur de Mossoul digne du siège de Stalingrad - ou une victoire rapide sur Daech suivie par des combats interconfessionnels entre Irakiens pour le contrôle de la ville. L’ONU met en garde contre les colonnes massives de réfugiés qui se déverseront de la ville assiégée. Mais les Syriens - après avoir été témoins de l’effondrement soudain et de l’évacuation de Palmyre lorsque leur propre armée a repris l’ancienne ville syrienne plus tôt cette année - pensent que Daech va simplement abandonner Mossoul et essayer d’atteindre les zones de la Syrie qu’elle contrôle encore.

Déjà, les services de renseignement de l’armée syrienne ont reçu des rapports inquiétants d’une demande faite par Daech dans les villes et villages au sud de Hasaka - une ville syrienne du Nord contrôlée par les forces du régime et les Kurdes - pour installer de nouvelles sources d’électricité et d’eau en prévision d’un afflux descombattants de Daech en provenance de Mossoul. En d’autres termes, si Mossoul tombe, toute l’armée du califat de Daech pourrait être dirigée contre le gouvernement Assad et ses alliés - un scénario qui pourrait provoquer une certaine satisfaction à Washington. Lorsque la ville irakienne de Fallouja est tombée entre les mains de l’armée et des milices irakiennes plus tôt cette année, de nombreux combattants de Daech ont immédiatement fui vers la Syrie.

Sayed Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah, qui a envoyé des milliers de ses hommes pour combattre (et mourir) dans la lutte contre Daech et Jabhat al-Nusra en Syrie, a déclaré dans un discours marquant la célébration de l’Achoura la semaine dernière que les US-Américains « ont l’intention de répéter le complot de Fallouja où ils ont ouvert la voie à Daech pour lui permettre de s’échapper vers l’est de la Syrie » et a averti que « le même plan pourrait être mis en œuvre à Mossoul. » En d’autres termes, une défaite de Daech à Mossoul encouragerait Daech à fuir ver l’ouest pour essayer d’abattre le régime Assad en Syrie.

Ces soupçons n’ont pas vraiment été apaisés par une série de commentaires de généraux et de sources militaires US au cours ces dernières semaines. Le commandant US nouvellement nommé dans la région, le lieutenen-général Stephen Townsend – à la tête de ce que les USA ont pompeusement appelé Opération Détermination Absolue  (Operation Inherent Resolve)  - a dit que non seulement Mossoul, mais aussi la ville syrienne de Raqqa, seraient capturées « sous son commandement ». Mais qui croit-il va prendre Raqqa ? L’armée syrienne a toujours l’intention de se battre jusqu’à Raqqa par la route militaire de Damas-Alep à ouest de la ville, après une première tentative plus tôt cette année qui a été abandonnée plus pour des raisons politiques que militaires. La Russie semble penser qu’il est préférable de concentrer sa puissance de feu sur d’autres milices, en particulier al-Nosra / al-Qaïda, qu'à la fois Moscou et Damas considèrent désormais comme beaucoup plus dangereux que Daech.

Tous deux ont remarqué comment Al Nosra - qui a changé son nom en Jabhat Fateh Al Sham, le "Front de conquête du Levant", dans l'espoir d’effacer ses liens avec Al-Qaïda - est de plus en plus qualifiée par les politiciens et les journalistes occidentaux de "rebelles ", ainsi qu’une pléthore d’autres milices qui combattent le régime syrien. Un général US non identifié a été cité le mois dernier exprimant sa préoccupation que les forces chiites irakiennes pourraient s’emparer de la ville de Tal Afar, à la frontière irako-syrienne, afin de piéger les combattants de Daech en Irak - et empêcher ainsi leur fuite vers la Syrie. Il a été rapporté que Daech aurait abandonné Tal Afar il y a quelques jours.

Le magazine US en ligne Military Times (qui est, comme on dit, « proche » du Pentagone) a fait valoir que le général Townsend, qui a à peine 5 000 hommes de troupe US sur le terrain en Irak et dans l’extrême nord de la Syrie, doit « poursuivre Daech en Syrie, où les USA ont peu d’alliés sur place » - c’est le moins que l’on puisse dire - tandis que Townsend lui-même parle d’une « bataille longue et difficile » pour Mossoul. Il a également parlé d’un « siège » de Mossoul. Ce sont les sombres prédictions auxquelles les Syriens ne croient pas.

La propre armée d’Assad, avec ses 65 000 morts dans une guerre qui dure depuis maintenant cinq ans, a déjà été bombardée par les US-Américains à Deir Ezzor, où au moins 60 soldats syriens ont été tués - Washington a qualifié l’opération d’erreur - et se prépare maintenant à affronter l’énorme afflux de combattants de Daech qui pourraient traverser la frontière après la chute de Mossoul. Nasrallah lui-même y a fait allusion dans son discours. Il a suggéré que si les forces de Daech ne sont pas vaincues par les Irakiens eux-mêmes à Mossoul, alors les Irakiens - sans doute la milice chiite irakienne qui est l’un des fers de lance de l’armée gouvernementale - « seront obligés de se déplacer vers l’est de la Syrie pour combattre le groupe terroriste ».

Compte tenu de la possibilité que les troupes syriennes et leurs alliés russes pourraient avoir à faire face à ce même groupe, il est peu étonnant qu’ils essaient d'achever leur capture des quartiers est d’Alep - quel que soit le coût en vies humaines - avant la chute de Mossoul.

 





Courtesy of Le Grand Soir
Source: http://www.independent.co.uk/voices/mosul-offensive-isis-flee-iraq-syria-raqqa-bashar-al-assad-what-then-robert-fisk-a7365776.html
Publication date of original article: 17/10/2016
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=19183

 

Tags: MossoulRaqqaSyrakDaechUSA
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.