TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 22/11/2019 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 CULTURE & COMMUNICATION 
CULTURE & COMMUNICATION / Facebook suspend des comptes de journalistes et d'agences de presse palestiniens
Date of publication at Tlaxcala: 29/09/2016
Original: Facebook Suspends Accounts Of Palestinian Journalists And News Agencies
Translations available: Deutsch 

Facebook suspend des comptes de journalistes et d'agences de presse palestiniens

Whitney Webb

Translated by  Eve Harguindey

 

Suite à l'annonce officielle de l'effort conjoint d'Israël et Facebook pour censurer les contenus de médias sociaux "incitant à la violence" contre les Israéliens, les comptes de plusieurs journalistes et agences de presse palestiniens ont été bloqués.

Quelques semaines seulement après avoir annoncé officiellement sa collaboration avec Israël, Facebook s'est fait prendre à suspendre les comptes de journalistes palestiniens. Les rédacteurs de deux publications d'information palestiniennes, qui sont basées en Cisjordanie, ont rapporté que leurs comptes Facebook avaient ​​été suspendus. Aucune raison n'a été initialement fournie pour les suspensions soudaines. Cela donne à penser que leurs comptes ont été suspendus en raison des efforts conjoints de Facebook et d'Israël pour limiter le contenu de médias sociaux censés "inciter à la violence" contre les Israéliens.

La semaine dernière, quatre rédacteurs de l'Agence de presse Shehab et trois responsables du Réseau d'information Qods ont également été incapables d'accéder à leurs comptes personnels. Les deux agences, qui diffusent des nouvelles quotidiennes pour et sur les territoires palestiniens occupés, ont des millions de "j'aime" sur Facebook, respectivement 6,3 millions et 5,1 millions. Pressé d'expliquer pourquoi les comptes avaient été été bloqué, le géant des médias sociaux a répondu que les comptes avaient été bloqués "par erreur." Ils ont dit dans un communiqué que "notre équipe traite des millions de rapports chaque semaine et parfois nous nous trompons ". Tous les comptes suspendus sauf un   ont été rétablis quelques jours plus tard, mais les suspensions les plus récentes sont toujours en vigueur.

Cette année, l'armée israélienne (IDF) a accusé plus de 145 Palestiniens d' "incitation" via les médias sociaux. Cette pratique, rendue publique en juin dernier par le site The Intercept, implique que des responsables israéliens examinent activement le contenu des messages Facebook palestiniens, et transmettent ensuite les demandes de censure à Facebook, qui accepte les demandes dans 95% des cas. Les arrestations de ceux qui "incitent à la violence" suivent souvent. En dépit de cette pratique de plus en plus commune, il n'y a actuellement aucun précédent juridique en Israël de poursuites contre des personnes pour une infraction liée à  du contenu en ligne.

Israël a commencé à être inquiété par l'incitation sur les médias sociaux suite à des accès de violence au cours de l'année écoulée. Selon l'agence AFP, 230 Palestiniens et 34 Israéliens ont été tués depuis octobre dernier. Facebook, pour sa part, a cherché à se faire bien voir en Israël après que  20.000 Israéliens l'avaient poursuivi en justice l'année dernière pour «négligence» vis-à-vis des "appels à la violence" palestiniens. Puis, l'été dernier, un groupe de plaidoyer israélien lié au Mossad a demandé  à Facebook 1 milliard de dollars pour avoir enfreint la loi US contre le terrorisme en aidant les Palestiniens à "recruter, radicaliser et instruire des terroristes".

Sous la pression, Facebook a cédé en juin de cette année et a embauché Jordana Cutler, longtemps  conseillère de Netanyahouet et ancienne chef du personnel de l'ambassade israélienne aux USA, en tant que chef de la politique et de la communication pour Facebook Israël. Comme la coopération entre Facebook et Israël est plus susceptible de croître que de décroître dans les prochains mois, on peut s'attendre à voir dans un avenir proche une recrudescence d' «accidents» entraînant une censure dans les médias sociaux de militants palestiniens et de leurs alliés.

 





Courtesy of Tlaxcala
Source: http://www.trueactivist.com/facebook-suspends-accounts-of-palestinian-journalists-and-news-agencies/
Publication date of original article: 28/09/2016
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=18996

 

Tags: Censure sionisteFacebookContrôle réseaux sociauxPalestine/Israël
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.