TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı la internacia reto de tradukistoj por la lingva diverso

 22/11/2017 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 MAPS & GLOSSARIES 
MAPS & GLOSSARIES / Langues disparues : déclaration d'amour à une page Wikipédia
Date of publication at Tlaxcala: 22/09/2016
Translations available: Español  English 

Langues disparues : déclaration d'amour à une page Wikipédia

Xavier de La Porte

 

La page "des langues ayant disparu" est une triste merveille.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_14454.jpg

  Débarquement de William Penn sur le sol "américain", dans la Baie du Delaware en 1682, par Jean-Léon Gérôme Ferris (1863-1930), un des 78 tableaux de sa série The Pageant of a Nation (La reconstitution historique d'une nation). A noter que le peintre s'est fourvoyé dans la représentation des "Indiens" : ceux du tableau ressemblent plutôt à des habitants des Grandes Plaines, alors que Penn et ses Qakers rencontrèrent des Lenape, qui n'avaient pas du tout cette apparence [Note de Tlaxcala]

Je voudrais ce matin dire mon amour à une page Wikipédia. Elle s’intitule - je traduis - “liste des langues par ordre de disparition”. En gros, il s’agit d’une page qui liste les langues ayant disparu, la plus récemment disparue se trouvant en tête de liste. Si vous y allez aujourd’hui, vous verrez que la dernière langue qui a disparu est le Wishita, c’était le 30 août dernier, quand est morte une dame du nom de Doris MacLemore.

Parce qu’évidemment, les langues disparaissent quand meurt leur dernier locuteur. Et parmi les 6000 langues que l’Unesco considère comme en danger, une bonne part d’entre elles ne sont plus parlées que par quelques personnes. Et donc, malgré les initiatives mises en place pour les conserver, au moins pour les documenter, des langues meurent, tout le temps, avec la dernière personne qui les parle. En février dernier, la page Wikipédia indique que ce fut le tour du Nuchatlaht, un dialecte du Nuu-chah-nulth, lui-même appartenant à la famille du Wakashan, qui n’était plus parlé que par un seul habitant de la Colombie Britannique du nom d'Alban Michael. Et on peut même remarquer qu’il y a de mauvaises années pour les langues. La page relève par exemple qu’autour de 2009 (la datation est un peu vague) ont disparu : 3 dialectes de la langue andamanaise en Inde, le Nyaweigi en Australie, 2 dialectes tupi au Brésil, l’Aribwatsa en Papouasie Nouvelle Guinée, le Lelak en Malaisie, le Papora-Hoanya à Taïwan.

Vous vous dites sûrement qu’il s’agit d’un passe-temps un peu morbide que de guetter la disparition d’une langue qui est aussi la disparition d’une culture, d’une manière de dire et de représenter le monde. Mais pas du tout.

D’abord parce que cette variété extraordinaire - et assez ignorée - de toutes les langues qui disparaissent, renvoie à toutes celles qui sont encore parlées. Puisque toujours j’apprends qu’une langue a existé en constatant sa mort, je pense à toutes celles que je ne connais pas, et ça me met en joie (un peu compliqué à expliquer comme raisonnement…). Ensuite parce que cette page - même si elle est sans doute incomplète, et passe sous silence la question complexe de savoir ce qu’est une langue, ce qui la différencie d'un dialecte etc. - permet d’acquérir tout un tas de connaissances qui vous donnent la possibilité de ne pas du tout briller dans les dîners en ville, sauf si vous dînez avec Claude Hagège, en distillant l’air de rien de petits savoirs inutiles comme : quelle est la dernière langue à avoir disparu en France ? Est-ce que vous savez ça ? Non ? Eh bien, c'était un dialecte basque, en 1991. J’aime cette page parce qu’on y constate à quelle vitesse disparaissent les langues des natifs américains (il y a peut être un effet de centre qui fait que la disparition d’une langue de natifs américains est plus facilement répertoriée que celle d’une tribu Hmong), mais dans tous les cas, on y observe qu’aujourd’hui encore, l’extermination des Indiens - point aveugle de la mémoire américaine - continue de produire ses effets.

Mais surtout, j’aime cette page, parce que parfois, le dernier locuteur fait l’objet d’une fiche wikipédia. Alors, c’est extraordinaire. Où ailleurs que dans Wikipédia vous pouvez trouver la photo d’une vieille dame du nom de Hazel Sampson, qui pose au soleil avec un chapeau et une veste de survêtement, comme toute vieille Américaine, sauf qu’elle est morte à cent trois ans, dans l’Etat de Washington et qu’elle était la dernière humaine à parler le Kallam, langue de la tribu des Kallam ?

Boa-Sr.jpgOu alors la photo de Madame Boa, née et morte en Inde, qui a échappé à l’épidémie que les Anglais avaient rapporté et qui a décimé sa tribu, à l’occupation japonaise pendant la 2ème guerre mondiale, au tremblement de terre de 2004 et est morte en 2010 en emportant avec elle la langue Aka Bo qu’elle était la dernière à parler.

Et la chose merveilleuse, c’est que parfois, vous pouvez les entendre ces langues perdues. Internet, ce lieu tant fustigé pour imposer les langues dominantes, ce qui n'est pas faux, se transforme en une sorte de Babel, où, pourvu qu’on veuille les écouter, peuvent surgir des langues mortes, des langues presque mortes, des langues qui n’ont pas d’écriture, et les vies de ceux qui les parlent ou les ont parlées. Ecoutons donc quelques phrases de wichita, langue de l’Oklahoma qui, depuis le 30 août, n’existe plus que dans la mémoire des réseaux.

 





Courtesy of France-Culture
Source: http://www.franceculture.fr/emissions/la-vie-numerique/declaration-damour-une-page-wikipedia
Publication date of original article: 22/09/2016
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=18950

 

Tags: Langues disparuesLangues menacéesLinguicide
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.