TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 02/12/2020 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 EUROPE 
EUROPE / La station de télécommunications militaires US de Niscemi en Sicile construite abusivement
Date of publication at Tlaxcala: 12/07/2013
Original: Abusivismi USA per il MUOS di Niscemi

La station de télécommunications militaires US de Niscemi en Sicile construite abusivement

Antonio Mazzeo

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

L'US Navy a commencé les travaux de construction de la station MUOS de Niscemi 3 ans avant la signature des autorisations par la Région Sicile. La preuve irréfutable d'une violation grave des normes  en matière d'aménagement du territoire et d'environnement et des engagements formels de Washington auprès du gouvernement italien est contenue dans un rapport officiel du Program Executive Office (PMW-146), l'organisme relevant du Space and Naval Warfare Systems Command (basé à San Diego, Californie) qui dirige le programme du nouveau système de télécommunications par satellite de l'US Navy.

Le rapport intitulé Mobile User Objective System (MUOS) Communications-on-the-Move (COTM) a été publié le 28 avril 2009 mais déclassifié seulement le 1er avril 2010 (http://www.public.navy.mil/spawar/PEOSpaceSystems/Press/Documents/Mobile%20User%20Objective%20System%20Overview%20Brief%204.1.10-S.pdf).

Il décrit analytiquement les caractéristiques techniques du MUOS et ses éléments clés (satellites géostationnaires et stations terrestres). Dans le chapitre sur l'avancement des travaux dans les terminaux terrestres du système, la page 14 montre les photos des quatre sites sélectionnés: à Wahiawa (Hawaii), en Australie, en Virginie et à Niscemi. L'image de l'infrastructure sicilienne est éloquente: dans un grand espace ouvert obtenu après élimination d'une colline entière ont déjà été achevés les travaux de réalisation des trois plateformes en béton armé destinées à accueillir les méga-antennes du MUOS. Autour du site, délimité par un grillage, sont clairement visibles les  pistes tracées pour l'accès des camions et véhicules lourds.
 
L'état des lieux suggère que la photo a été prise à l'hiver 2009, mais l'étude d'impact autorisant les travaux dans la station terrestre de Niscemi a été émise le 1er juin 2011 par Giovanni Arnone, qui était alors directeur général de l'assessorat  régional pour le territoire et l'environnement, et a été notIfiée au département de l'US Navy seulement le 28 juin suivant. Pendant près de trois ans les militaires US et les entreprises sous-traitantes auraient donc opéré à Niscemi dans l'illégalité absolue, avec la circonstance aggravante que les travaux du MUOS ont été réalisés au sein de la réserve naturelle Sughereta de Niscemi, intégrée dans le réseau écologique Natura 2000 comme un site d'importance communautaire (SIC) sous le numéro ITA050007.
 
La demande du commandement de l'US Navy de Naples-Capodichino pour l'utilisation et la construction du nouveau système de télécommunications par satellite a été approuvée le 31 octobre 2006 par la Direction générale des biens de l'État et par l'Agence pour la gestion des fréquences radio du ministère italien de la Défense. Cependant, il a été précisé par les autorités militaires qu '«avant la mise en service du MUOS il doit être garanti et certifié que les émissions s'inscrivent dans les limites établies par les lois italiennes en vigueur et qu'elles n'interfèrent pas avec les émissions de services déjà opérationnels sur le terrain." Étant donné alors que le nouveau site devait se trouver dans une zone de 2.509 m2  dans la réserve naturelle Sughereta, le 24 janvier 2007, le commandement de l'Armée de l'Air de Sigonella avait transmis une demande d'autorisation à l'assessorat régional à l'Environnement, dirigé à l'époque par Rossana Interlandi, de Niscemi, membre du Mouvement pour les autonomies du président de la région Raffaele Lombardo.
 
Après la délivrance d'une autorisation provisoire par le Service des biens paysagers naturels et urbanistiques de la région, suite à une instruction record d'à peine 15 jours, en attendant le projet détaillé et le rapport paysager, le 14 juin 2007, l'assessorat a envoyé à la commune de Niscemi une première documentation limitée sur le MUOS. Le processus d'approbation est resté en stand by  au moins jusqu'au 3 avril 2008, lorsque la région a transmis au maire de Niscemi le projet de nouveau système satellitaire. Un mois et demi plus tard, la commune a pris connaissance du rapport paysager de l'armée de l'air et de l'évaluation de l'impact environnemental préparée par l'US Navy. Le 9 septembre 2008, une conférence des services a été organisée à Palerme, à laquelle participaient l'assessorat régional au Territoire et à l'Environnement, la Surintendance du patrimoine culturel, l'Inspection des forêts de Caltanissetta (organisme gestionnaire de la réserve), la commune de Niscemi et des représentants de US Navy et de la 41ème escadre de l'armée de l'air italienne. Lors de cette réunion, un avis favorable sur la compatibilité environnementale du MUOS a été émis à l'unanimité.
 
Après les premières protestations massives de la population locale, le président Lombardo et le nouvel assesseur à l'Environnement Sorbello ont décidé de surseoir à la signature des autorisations. Comme on l'a écrit, celles-ci ne sont arrivées que le 1er juin 2011, accompagnés cependant d'un certain nombre d'exigences : la préservation des noyaux de végétation arbustive et arborescente, la protection des escarpements du système avec certaines espèces d'arbustes spécifiques, le respect des besoins de reproduction des oiseaux migrateurs habituels "en évitant les travaux d'impact majeur entre avril et juin"; le confinement de la poussière et la réduction de l'impact acoustique etc..

À regarder de plus près la photo de la scène du crime dans le rapport 2009 du Program Executive Office (PMW-146) de l'US Navy il est assez difficile de croire que les entreprises sous-traitantes aient pensé à respecter les  exigences (postérieures) visant à protéger l'habitat fragile de la Sughereta de Niscemi.
 

 
En vérité, les "No MUOS" [opposants au projet, NdT] avaient déjà dénoncé depuis belle lurette le fait que les travaux de construction du terminal terrestre avaient commencé bien avant que le processus d'autorisation soit achevé. Dans un dossier publié en mars 2009, la Campagne pour la démilitarisation de Sigonella écrivait que «les travaux de terrassement et de préparation des plateformes pour les antennes et les tours radio du MUOS ont démarré le 19 février 2008, après une brève cérémonie à à laquelle ont participé, entre autres, le directeur du Programme Mobile User Obiective  de l'US Navy, Wayne Curls".

L'hebdomadaire de la base de Sigonella, Signature, décrivait dans son numéro du 29 février 2008 en détail la cérémonie d'ouverture des chantiers de construction : "Lorsque le système sera pleinement mis en œuvre, les systèmes de guerre auront des capacités de communication complètes pour répondre à toutes les demandes de mission partout dans le monde», a déclaré Wayne Curls ensuite. "Le terminal MUOS conduira à une légère augmentation du personnel de l'US Navy à Niscemi. La réalisation de la station est prévue dans les trois prochaines années ... ».
 
Toujours selon les militants de la Campagne pour la démilitarisation de Sigonella, la construction de l'installation a été commandée au printemps 2008 par le Commandement de la Marine US à Sigonella à un consortium d'entreprises appelé " Team MUOS Niscemi ", composé de la Gemmo SpA d'Arcugnano (Vicenza), entreprise leader dans la construction d'équipements électriques et Lageco (Lavori Generali Costruzioni) de Catane.
 
"La découverte que les travaux pour l'installation du MUOS avaient démarré avant même que les autorisations eurent été accordées par la Région, est l'énième violation grave de la loi commise par l'US Navy dans cette affaire», disent les avocats de la Coordination des comités No MUOS, Paola Ottaviano et Sebastiano Papandrea. «Le tribunal administratif régional (TAR) de Palerme, dans son ordonnance du 9 juillet 2013, où il a rejeté la demande de suspension du Ministère de la Défense, met en évidence le fait que l'administration militaire US est soumise à la législation nationale et au respect de toutes les règles en vigueur en Italie. Cette obligation est donc violée non seulement dans le cadre du processus de délivrance d'autorisations et à la suite de la révocation de ce dernier, mais avant même qu'il ait été engagé."
 
«Cela ne peut qu'aggraver les responsabilités de toutes les personnes qui se livrent à de telles violations, et de tous ceux qui s'en sont rendus complices, et les ont facilitées, faisant payer les conséquences aux citoyens de Niscemi et à toute la communauté sicilienne", ajoutent les deux juristes. "En outre, cette découverte aggrave la position du gouvernement US, aussi dans les procès en cours  au TAR de Palerme, il est clair, en effet, que toutes les autorisations délivrées, y compris les approbations de l'assessorat régional relatives aux contraintes paysagères sont faussées par une erreur sur les prémisses et constitueraient des autorisations régularisées après coup que cette procédure spécifique ne prévoit pas ".





Courtesy of Tlaxcala
Source: http://antoniomazzeoblog.blogspot.com/2013/07/abusivismi-usa-per-il-muos-di-niscemi.html
Publication date of original article: 11/07/2013
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=10122

 

Tags: Mobile User Objective System (MUOS)No MUOSNiscemiSigonellaSicileItalieEuropeUnion européenneUS NavyUSA
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.